Les membres des paniers bio sont-ils tous des « bobos » ?

1.      Introduction

Panier bio de la productrice Cécile Anciant-Grigoryev, Piegros la Clastte, France ©Marcelline Bonneau

Panier bio de la productrice Cécile Anciant-Grigoryev, Piegros la Clastte, France ©Marcelline Bonneau

En réponse aux pressions économiques, sociales et environnementales du système alimentaire actuel, de nouvelles formes d’achat en vente directe de produits alimentaires auprès du producteur émergent depuis les 15 dernières années. Ces systèmes en circuit court proposent un rapprochement de la consommation alimentaire vers la production, tout recréant un lien personnel, direct et de confiance, entre le consommateur et le producteur (Herault-Fournier, Merle, Prigent-Simonin 2012).  Ces alternatives prônent une production plus respectueuse de l’environnement, du producteur, dans un souci de développement de l’économie locale, et d’un rapport à taille humaine (Maréchal 2008). Elles proposent de diversifier les points de vente et d’achats de produits alimentaires, et par là-même les choix de produits. Les paniers bio sont un de ces systèmes qui permet à des clients de bénéficier de produits, bio et de saison,  provenant directement d’un producteur, de proximité, ou avec un minimum d’intermédiaires. L’origine des produits y est clairement identifiée et transparente et différentes formules d’abonnement et de choix de paniers sont disponibles (Bioguide 2013).

Les membres des paniers bio sont des « bobos ». Ce postulat résume souvent une série de freins qui empêcheraient toute une catégorie de consommateurs de passer à une alimentation plus durable ainsi que, plus largement, des modes de vie prenant en compte l’impact de chaque individu. Bien que «bobo» ne soit par un terme scientifique et que les écrits les caractérisant soient largement décriés (Clerval 2005), c’est une caractéristique courantes dans le discours politique et médiatique. Selon le journaliste David Brooks, les  «bourgeois et bohèmes», ou « bobo » sont une catégorie de la population, se positionnant entre les mouvements hippies des années 1960 et yuppies des années 1980, combinant les ambitions consuméristes des deuxièmes aux ambitions écologiques et éthiques des premiers (Brooks 2002). D’un point de vue ethnologique, Sophie Corbillé définit le «bobo» comme se reconnaissant «aux espaces de vie qu’il habite (notamment des lofts), à des manières particulières de manger (les épiceries fines, le vin biodynamique) ou aux objets de décoration qui meublent sont intérieur (la «récup chic») » (Corbillé 2013).

Qu’en est-il des membres des paniers bio à Bruxelles ? Quelles sont leurs profils et motivation ? Les indicateurs socio-économique à eux-seuls permettent-ils de définir le passage ou non à une alimentation plus durable ?

Cet article se base sur une recherche menée en 2014 auprès des membres d’un système de paniers bio de la région de Bruxelles-Capitale, l’Heureux Nouveau[1]. Une enquête en ligne et des entretiens avaient permis d’approfondir la réalité de ces membres[2]. Notre recherche a établi quatre tendances qui émergent de la pratique de l’achat de produits alimentaires dans le système de paniers bio de l’Heureux Nouveau : le sentiment de responsabilité familiale et sociétale, la volonté d’appartenance à un réseau, le savoir-faire culinaire et enfin la pluralité des lieux d’achats. Nous présentons ces tendances avant de proposer un aperçu des adaptations nécessaires pour commencer à acheter des paniers bio avant de conclure.

2.      Quatre tendances de la pratique d’achat de paniers bio

2.1.  Une alimentation réfléchie et responsable

Pour les membres de l’Heureux Nouveau (les « Heureux »), la commensalité est cruciale. Ils n’y passent pourtant pas plus de temps que la moyenne nationale. Le temps investi dans la cuisine est, lui, assez important : en moyenne 50 minutes par jour en semaine et 1h30 le week-end. Comment trouvent-ils ce temps ? Cela n’est pas un problème : pour certains, cela remplace un hobby ; pour d’autres il s’agit surtout d’une question d’organisation et de répartition des tâches dans le couple.  Cela signifie aussi cuisiner pour plusieurs jours en une fois et gagner l’adhésion de la famille (y compris sa propre adhésion en tant que célibataire…), surtout lorsque l’hiver semble long et que certains produits posent plus de difficultés.

Cette adhésion s’inscrit aussi dans le fait que les Heureux ont le sentiment de contribuer à un projet plus global : avoir une consommation engagée qui se positionne comme une alternative au système conventionnel de production et de distribution alimentaires. La survie de la planète,  et de la civilisation, le développement durable, le soutien à l’agriculture et à l’économie locales, les petits producteurs et l’économie solidaire, sont au cœur même de leurs préoccupations. Dans cette optique, la saisonnalité et la juste rétribution des producteurs doit être respectée. Le fait que les produits soient de saison est d’ailleurs une des priorités dans les raisons d’achat de paniers.

La responsabilité de chacun est en cause, et c’est au niveau individuel que les Heureux estiment qu’il faut agir. C’est alors une responsabilité sociétale plus grande qu’ils portent en eux  par effet multiplicateur et exemplarité, tout en étant conscients de leurs propres incohérences. Ceci est notamment important pour les responsables de familles avec enfants, qui formaient la moitié du panel. En effet, ils ont un sentiment de responsabilité inter et intra et estiment devoir agir, dans une démarche d’équité envers le Sud. Ils estiment ainsi qu’acheter un panier bio contribue, comme une forme d’éducation,  à transmettre des valeurs qui leur sont chères.

2.2. Intégrer un réseau de confiance

Serre de choux et fenouil de la productrice Cécile Anciant-Grigoryev, Piegros la Clastte, France ©Marcelline Bonneau

Serre de choux et fenouil de la productrice Cécile Anciant-Grigoryev, Piegros la Clastte, France ©Marcelline Bonneau

En achetant des paniers bio, les Heureux ont le sentiment d’appartenir à un groupe partageant des valeurs communes.  Leurs relations avec les gérants du système passent principalement par des contacts formels liés à l’achat et la vente. A travers ce lien, les Heureux créent une relation de confiance et notamment par l’information véhiculée dans la newsletter : ils ont le sentiment de gagner en transparence  par rapport à la production et à la vente des produits.

Les Heureux adhèrent de plus à un système qui leur permet d’être en relation avec les producteurs, mais pas nécessairement en lien direct. Les Heureux ne participent, par exemple,  pas aux activités avec les producteurs : cela demande du temps et un investissement personnel important  pour lesquels les Heureux n’ont pas la disponibilité ou l’intérêt.

Créer un lien avec les autres Heureux n’entre pas non plus dans la pratique d’achat du panier bio. Seule un minorité est inscrite sur le groupe Facebook et suit la page Facebook. S’ils se croisent dans un dépôt alors ils sont ravis d’échanger. Cependant, ils ne cherchent pas à se rencontrer lors d’activités. En réalité, une telle démarche est pour certains assimilée à une forme de communautarisme qui les effraye.

2.3. Savoir cuisiner

Cuisiner est largement un plaisir pour les Heureux, voire un hobby, notamment avec des produits de qualité. Cela aidant, la majorité savent cuisiner voire se positionnent en tant qu’experts, même si au quotidien la cuisine n’est pas forcément sophistiquée. Ces compétences, les Heureux les ont parfois acquises par la famille au quotidien, tout seuls ou lors de leurs formations universitaire.

Cependant, même lorsqu’ils ne connaissent pas le produit, ils aiment le défi de la nouveauté. Pour eux, c’est la découverte de nouveaux produits ou de produits oubliés. Les techniques d’apprentissage et d’expérimentation varient : par identification du produit, par analogie, ou par comparaison de  recettes. Les Heureux estiment qu’il est facile de chercher de l’information sur un produit, notamment a travers internet, mais aussi dans des livres de recettes, les recettes du panier ou par son  entourage. Les appareils électroménagers sont aussi  clé dans la pratique du panier bio. Pour les Heureux interrogés, ils permettent de gagner du temps et quelques ustensiles de base sont nécessaires (casserole, mixer…).

2.4.  Les multicourses

Les Heureux font leurs courses de la même manière que la majorité de la population: ils les diversifient tout en privilégiant les lieux de courses généralistes, tels que supermarchés ou commandes en ligne, en tant que systèmes centralisés plus efficaces.  Achats en ligne, organisation familiale et répartition des tâches, l’achat de produits alimentaires en panier bio s’intègre aux autres courses qu’il complète. C’est surtout dans le système conventionnel que les Heureux font leurs courses. Tous privilégient les supermarchés, comme  la majorité des Bruxellois, pour les produits bio comme pour les produits non bio. Ils complètent aussi leurs courses dans des petits magasins ou épiceries  et dans des magasins spécialisés (boucher, boulanger, etc). Une minorité seulement complète ses paniers par des achats en marchés, dans d’autres systèmes de paniers, ou avec des produits de leurs jardins ou de ceux de leur entourage.

3.      Devenir un adepte des paniers bio

Les tendances présentées plus haut indiquent que l’achat de panier bio s’inscrit dans des motivations assumées et des pratiques intégrées dans le quotidien. Cependant, comment  opérer un changement de pratiques alimentaires en y intégrant les paniers bio ?

Un système pratique, accessible et flexible

Le système proposé par l’Heureux Nouveau a des caractéristiques qui, du point de vue fonctionnel, pourraient le rattacher au système conventionnel: les commandes sont en ligne ; les rapports entre les consommateurs et les producteurs sont contractuels sans implication nécessaire ou obligatoire des consommateurs, il n’y pas de communauté instaurée d’usagers. Ainsi, le système de l’Heureux Nouveau est plus flexible que d’autres initiatives de groupement de consommateurs ou producteurs (par exemple les GASAP ou coopératives) et s’accorde plus facilement aux pratiques habituelles des consommateurs. Ceci est crucial car les Heureux privilégient la simplicité et le gain de temps, notamment quand ils commandent des paniers dont le contenu est fixé à l’avance par l’Heureux Nouveau. Et ce temps est utilisé à bon escient pour d’autres occupations qu’ils estiment plus intéressantes. Ils apprécient aussi que le système de commandes soit flexible. Les paniers bio jouent donc être un rôle comme moyen accessible et peu contraignant d’accéder à une alimentation plus durable.

Une adaptation des pratiques plus durables en douceur …

Les Heureux ont adapté leurs anciennes pratiques plutôt qu’adopté de nouvelles. Le fait de prendre un panier a changé leur manière de cuisiner et manger. Ils ont dû mettre en place une nouvelle organisation des courses et de la cuisine. Ils doivent aussi prendre le pli des commandes hebdomadaires. Ils se (ré) apprennent à cuisiner au fil des saisons en redécouvrant le goût des produits rares.  Il y a aussi la surprise du panier, qui apporte une nouvelle réflexion sur sa cuisine Cependant, ces adaptations sont considérées comme non difficiles car  elles s’intègrent dans le mode de vie des membres de l’Heureux Nouveau.

… pour des usagers sensibilisés et curieux

Les répondants de l’enquête étaient majoritairement un public éduqué, avec un capital financier élevé. Néanmoins, c’est surtout dans la part dédiée à l’alimentation dans leur budget que les Heureux se démarquent: ils y dédient un pourcentage pouvant aller jusqu’au double de la moyenne, quels que soient les revenus du ménage.

Les capitaux intellectuel et financier ne conditionnent pas à eux seuls la pratique des achats alimentaires à travers des paniers bio[3]. Plus que tout, les Heureux sont sensibilisés à l’environnement ou à leur alimentation, et l’étaient avant de prendre des paniers. Certains revendiquent clairement leur opposition au système conventionnel sans pour autant l’exprimer de manière publique

Les différences dans les comportements d’achat ne sont pas forcément dues aux différences de revenus, mais surtout dans l’éducation qu’ils ont reçus et qui les formes à suivre les flux d’information, les codes et les symboles, disséminés tant pas les medias que par les experts. Cela justifie l’importance qu’ils attachent à maîtriser et sélectionner l’information qui circule(Boström, Klintman 2009). Or les Heureux ont le sentiment d’être actifs, et de savoir où et comment chercher de l’information lorsqu’ils en ont besoin, sans que cela ne soit une difficulté. Cela leur semble même une évidence, notamment avec Internet.

4.      Alors, tous des « bobos » les membres des paniers bio?

Variété de tomates cerises de la productrice Cécile Anciant-Grigoryev, Piegros la Clastte, France ©Marcelline Bonneau

Variété de tomates cerises de la productrice Cécile Anciant-Grigoryev, Piegros la Clastte, France ©Marcelline Bonneau

Les Heureux sont-ils donc tous des « bobos » ? Si l’on reste en surface, alors, oui, ils en ont le « profil » : « riches et éduqués ». Cependant, si une partie des Heureux est adepte de consumérisme politique (en utilisant leur pouvoir d’achat pour acheter ou non des produits pour des raisons éthiques et politiques (Boström, Klintman 2009) ), une autre partie des Heureux cherche à s’engager plus politiquement en co-construisant de nouvelles interactions entre les producteurs et les consommateurs (Dubuisson-Quellier, Lamine 2008).

Au-delà d’une analyse purement linéaire et réductrice, il est donc important de continuer à réfléchir aux pratiques dans lesquelles l’approvisionnement de produits alimentaires en circuit court émerge, afin de définir la manière dont ces pratiques émergent, se stabilisent et disparaissent pour passer à de nouvelles pratiques (Shove 2010). La question ne sera donc pas si les membres des paniers bio sont des bobos, mais bien de réfléchir à la manière d’opérer une transition sociétale vers une alimentation plus durable.

Références

BIOGUIDE, 2013. Paniers bio: Les paniers de légumes bio. [en ligne]. 2013. [Consulté le 13 juillet 2014]. Disponible à l’adresse : http://www.bioguide.be/paniers

BOSTRÖM, Magnus et KLINTMAN, Mikael, 2009. The green political food consumer. Anthropology of food. 10 septembre 2009. N° S5.

BROOKS, David, 2002. Les bobos.

CLERVAL, Anne, 2005. Revue de livre: David BROOKS, 2000, Les Bobos, Les bourgeois bohèmes. Cybergeo: European Journal of Geography [en ligne]. 17 mars 2005. [Consulté le 17 février 2014]. Disponible à l’adresse : http://cybergeo.revues.org/766

CORBILLÉ, Sophie, 2013. Paris Bourgeois, Paris Bohême: La ruée vers l’Est. 2013.

DEVERRE, Christian et LAMINE, Claire, 2010. Les systèmes agroalimentaires alternatifs. Une revue de travaux anglophones en sciences sociales. Économie rurale. 28 avril 2010. Vol. n° 317, n° 3, pp. 57‑73.

DUBUISSON-QUELLIER, Sophie et LAMINE, Claire, 2008. Consumer involvement in fair trade and local food systems: delegation and empowerment regimes. GeoJournal. 1 septembre 2008. Vol. 73, n° 1, pp. 55‑65.

DUBUISSON-QUELLIER, Sophie, 2009. La consommation engagée. Presses de la Fondation nationale des sciences politiques. Contester.

HERAULT-FOURNIER, Catherine, MERLE, Aurélie et PRIGENT-SIMONIN, Anne-Hélène, 2012. Comment les consommateurs perçoivent-ils la proximité à l’égard d’un circuit court alimentaire? Management & Avenir. 30 mai 2012. Vol. n° 53, n° 3, pp. 16‑33.

MARÉCHAL, Gilles, 2008. Les circuits courts alimentaires: Bien manger sur les territoires. Educagri.

SHOVE, Elizabeth, 2010. Beyond the ABC: climate change policy and theories of social change. Environment and Planning A. 2010. Vol. 42, n° 6, pp. 1273‑1285.

[1] http://www.lheureuxnouveau.be/

[2] Les détails de cette enquête sont disponibles en ligne

[3] De même, il serait réducteur de déduire que tous les consommateurs à haut capital intellectuel et financier peuvent potentiellement adhérer à une telle pratique.