Changer les modes de gouvernance en appliquant de nouveaux cadres analytiques : le cas du gaspillage alimentaire à Bruxelles

La région de Bruxelles-Capitale, Belgique, est entrée dans la matière de l’alimentation durable à travers le gaspillage alimentaire. En utilisant des outils traditionnels des politiques publiques (Plan de réduction régional des déchets, financement européen INTERREG, …) elle a développé une série d’outils visant à soutenir la réduction du gaspillage alimentaire auprès des ménages. Ces approches se sont notamment basées sur des cadres analytiques percevant le comportement comme résultant d’une approche linéaire, elle-même découlant d’une intention et d’une volonté d’agir directe. Or, ces approches ont montré leurs limites, et ce, malgré l’existence d’une série d’outils et conseils pour réduire le gaspillage alimentaire. A travers un projet financé par Bruxelles environnement pour mettre en place un réseau de Maîtres Frigo (des citoyens formés d’une part aux « trucs et astuces » pour lutter contre le gaspillage alimentaire et d’autre part au relais de cette information vers leurs pairs) nous avons testé une approche par la théorie des pratiques, en cherchant à développer une formation innovante tant par son contenu que par sa forme. Nous avons utilisé les outils existants et en avons créé de nouveaux, tout en nous focalisant sur une approche centrée sur les Maîtres Frigo, en co-créant le contenu de la formation et en expérimentant de nouvelles manières de former et de diffuser de l’information. L’approche par les pratiques a permis de mettre en place une approche bienveillante pour la réduction du gaspillage alimentaire, en l’inscrivant les « trucs et astuces » (changement de comportement) dans la réalité individuelle des consommateurs touchés. Par là même, elle a mené à une manière innovante pour l’autorité publique de soutenir des citoyens dans leurs activités.

L’article complet se trouve ici